Un samedi qui sourit : entrer en relation avec la passion

style-distinctif-elise-monnier-conseil-en-image-paris-blog-fruit-de-la-passionGentlewomen,

Pour ce nouveau billet d’un samedi qui sourit, j’ai décidé de vous offrir une petite confession.

De plus loin que me revienne (c’est cadeau ❤ ), j’ai toujours eu deux grandes passions : la danse et la mode… Ensuite il y a les amours, ponctuations de ma vie… Et la poésie.

En somme, je suis passionnée par la grâce.

Sur la photo de couverture de cet article, c’est moi, à mon premier gala de danse, et j’ai à coeur de regarder dans le rétroviseur. Cette photo trône sur mon bureau comme un rappel : « Elle, je ne veux pas la décevoir« 

Je m’en souviens comme si c’était hier, l’excitation des loges sous la scène, l’odeur de la laque Elnett, le casse-tête du filet à chignon. La petite musique de nuit de Mozart. Ma fierté.

En enfilant mon costume de tulle et d’or, ma vie s’est transformée. Je suis tombée en passion. (En écrivant cette phrase, je me rends compte que, malgré moi, j’étais en train de vivre simultanément ma première expérience du pouvoir du vêtement !)

Trois mois plus tard, j’entrais au Conservatoire et n’ai respiré que pour danser les 10 années suivantes.

Je ne vais pas détailler mon parcours (vous en avez une esquisse ici) mais j’ai arrêté la danse classique vers 20 ans. J’étais moins nuancée à cette époque, tout feu tout flamme. La perfection ou rien. Comme la perfection n’est pas humaine, j’ai choisi d’arrêter. Et je l’ai fait sans aucun regret. Jamais je ne me suis retournée sur cette décision, j’ai jeté mes pointes comme un vieux mouchoir.

72e247cc5a74096b0687e275e8a96125

J’en ai 31 et la naissance de Mona est passée par là. Je fus donc très surprise quand, un samedi de novembre, tranquillement installée sur mon fauteuil favori (prénommé ROBERT) et très occupée à scroller mon fil d’actu Instagram, me vient une pulsion : j’ai envie de retourner à la barre ! Tout de suite.

Je regarde immédiatement quel est le prochain cours de danse classique pour adulte pas trop loin de chez moi. Studio l’Envol, me voilà. ❤ Paris est magique ❤

C’est un cours sans prétention mené par un professeur exceptionnel.

Tous ces violons pour dire : J’ai repris la danse classique.

style-distinctif-elise-monnier-conseil-en-image-paris-Isaac_Hernandez_Studio_GQ_MAGAZINE1

Isaac Hernandez

J’ai sauté. Pris une belle leçon d’humilité. Mon corps et mes souvenirs n’étaient pas d’accord sur mes capacités réelles… Mais j’ai dansé. Et j’ai rajeuni de 10 ans. Heureuse… Si heureuse. (Depuis le premier cours, mon corps a recouvré la mémoire. je suis fascinée par ses incroyables ressources)

La danse me met dans un état de joie pure. Ça a toujours été le cas, même au coeur de la tourmente et de l’adolescence, quand une « camarade » m’a plaquée et menacée contre la douche du vestiaire. Même quand mes affaires de ville se sont « envolées » pendant un cours et que j’ai du rentrer chez moi en justaucorps (J’ai retrouvé mon manteau dans une poubelle du Conservatoire trois jour plus tard…). _ Je suis souvent épatée de voir quelle imagination peut naitre de la jalousie _

J’étais invincible puisque tellement vivante. Rien n’avait d’importance sinon la danse. Le chagrin passait, la danse restait.

C’est à ce feu là que je me brûle depuis que j’ai repris le chemin du parquet en fin d’année. Le feu sacré. L’abandon. Tout risquer à chaque mouvement. L’absence d’enjeu ne me rend pas moins précise ou moins exigeante. La passion, même endormie pendant 10 ans, est toujours aussi vibrante.

On pourrait finalement résumé mon parcours ainsi : Elise a grandi devant un miroir, puis a passé sa vingtaine à s’ouvrir aux autres. Maintenant qu’elle regarde à nouveau dans le miroir, elle voit l’immensité des possibles.

C’est la raison pour laquelle j’écris ce billet. Parce qu’il n’est jamais trop tard pour se (re)connecter à ce qui nous rend libre et l’enfant que nous étions le savait très bien. Je vous invite à vous plonger dans vos jeunes années et à regarder ce qui vous rendez simplement heureuse. Regardez vos instants de grâce, ils forment un espace de vérité. 

La lecture, la peinture, le poney, la cuisine, la flûte, le judo, arpenter les musées … Un espace où vous vous oubliez dans votre tâche, où seule la beauté du geste et l’intensité de l’instant comptent. C’est ça prendre soin de votre enfant intérieur, conserver une qualité d’émerveillement dans la vie telle qu’elle est.

J’ai finalement racheté des pointes. Aucun achat ne m’a fait plus plaisir depuis des années.

Et vous, mes très chères ? Quelle est votre passion enfouie ? Ne serait-il pas possible de lui faire une place au présent ?

Je vous souhaite un excellent week-end,

Elise


 

3 réflexions sur “Un samedi qui sourit : entrer en relation avec la passion

  1. C’est un très bel article, et bien écrit. Une de mes anciennes passions est la danse également et chaque année je me demande si je m’y remets ou pas. Mais c’est plutôt la crainte d’avoir vu mon corps changé et ne plus avoir les capacités d’antan qui me freinent. Je ne peux pas revenir en arrière.

    Aimé par 1 personne

    • Merci Manouella pour ce commentaire. Si l’envie de danser te chatouille trop souvent ce serait dommage de ne pas sauter le pas, non ? Les années passent et le corps change mais dès que tu auras redécouvert les sensations que celui-ci te procure en dansant, sa « performance » n’aura plus aucune importance. Reviens par ici me faire part de tes impressions si tu franchis la porte d’un cours ! Je te souhaite un bon rendez-vous avec ton corps tel qu’il est aujourd’hui : parfait 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s