Être mère. Ça change quoi au juste ? Volume 1 : l’humour

style-distinctif-elise-monnier-conseil-en-image-paris-enceinte

Très chères Gentlewomen,

Aujourd’hui, c’est la ❤ Fête des mères <3!

Je vous entends d’ici  :

Vous êtes maman :

« Euh. Les colliers de macaroni peints à la gouache c’est cool mais j’ai repéré un sautoir chez Emmanuelle Zysman qui irait très bien avec !… Et au fait, c’est la saison des pivoines. » 

Vous n’êtes pas maman :

« Ne pas oublier la fête des mères » sur votre portable, « ne pas oublier la fête des mères » sur votre frigo, « ne pas oublier la fête des mères  » sur votre poignet … Sous peine de passer un (très) sale quart d’heure (très) culpabilisant. Ok deux heures.  »  

Vous êtes cynique (et lucide) :

« Ce n’est qu’une opération commerciale pour écouler les stocks des magasins avant les soldes d’été (rendez-vous le 22 juin 😉 ) et émoustiller la ménagère en quête d’un nouveau robot magique qui promet de soulager, à moindre frais, sa triple journée »

Dans tous les cas, prendre un moment pour exprimer notre gratitude et notre amour à celle qui nous a donné la (sa?) vie, ce n’est pas du luxe. Parce que je peux vous le dire et je suis certaine que vous êtes nombreuses ici à pouvoir le confirmer :

ÊTRE MÈRE CE N’EST PAS UNE BALADE EN PEDALO

… et la première année, c’est plutôt dans la semoule qu’on pédale !

Avant de profiter cette magnifique journée en tête à tête avec ma fille (explications ici) revenons ensemble sur la grande aventure de la maternité.

Alors ça change quoi au juste de devenir mère ? Liste non exhaustive à compléter par vos soins dans les commentaires. 

VOLUME 1 – On développe un sacré sens de l’humour

  • Déjà, on oublie plus la fête des mères.
  • En revanche, on oublie jusqu’à l’existence de la grasse matinée. Un bénéfice : vous pouvez jeter votre réveil. À 7h30, la maison chante.
  • Il faut mettre « prendre une douche » sur sa to-do liste. Je vous jure. Au début, je pensais presque à prendre une baby-sitter pour aller aux toilettes. Bébé = pot de colle = tu vas me lâcher 5 min s’il te plait ?
  • Ah oui et donc il faut faire des to-do listes.
  •  On est beaucoup plus à l’aise avec les tâches en tout genre :

Dialogue type :

_Elise, je crois qu’un pigeon a déposé un petit cadeau sur ton épaule…

_Oh non t’inquiète c’est le vomi du gouter !

  • l’avantage est qu’on tutoie le gérant de la droguerie et qu’on se shoote ni vu ni connue à l’eau écarlate.
  • Mais j’ai ma limite, elle s’appelle « maroquinerie« 
  • Plus besoin de passer l’aspirateur et de lustrer le parquet. La marche à 4 pattes est conçue pour ça. Comme on n’a plus le temps de faire le ménage, c’est notre chère tête blonde qui s’en charge. Conseil d’amie : ne casser pas votre PEL pour acheter ce sublime petit pantalon en dentelle anglaise. Espérance de vie :  20 minutes.
  • On ne porte plus ni boucle d’oreille, ni lunette, ni chapeau. À moins de vouloir finir, le lobe en lambeau, borgne ou au bord de la crise de nerf après avoir ramassé environ 17 fois le dit chapeau.
  • Il nous faut environ 3 semaines pour terminer le 1er chapitre d’un livre… Qu’on referme à jamais puisque le temps d’arriver à la fin on aura oublié le début.
  • On se dit qu’on est une mauvaise mère dès qu’on fait passer notre intérêt avant celui du demi-dieu. Exemple : quand on donne un biberon à la place du combo purée-féculent-protéines-petit-suisse. Oui le biberon, c’est moins long. Et le temps, c’est du caviar.
  • On vit en kit main libre avec un rebours dans la tête.
  • Notre journée commence vers 20h30[…]Et se termine vers 21h45.
  • Parfois, on invite des amis juste pour qu’ils prennent un peu le relais.
  • On a des bleus sur la cuisse qui porte la poussette dans les escaliers. Si si. Ma jambe droite est une patte de dalmatien.

MAIS CHAQUE JOUR, JE SAVOURE MA CHANCE.

Je tiens à préciser que cet article sans prétention est le prologue d’un prochain article dans lequel j’explorerai les changements de fond qui s’opèrent en moi dans ce grand voyage. Parce qu’il faut rendre à Mona ce qui appartient à Mona, grâce à elle, je ne cesse de me rencontrer et de me surprendre. Elle est au coeur de tous mes paradoxes.

L’exemple le plus frappant ? C’est elle qui m’a donné le courage de quitter son père. Celui qui lors de ma première fête des mères, quinze jours après sa naissance m’avait dit :

« Euh t’es pas ma mère que je sache, t’es la mère de Mona, je vois pas pourquoi je devrais t’offrir des fleurs ! »

Voilà ce que je souhaiterai déployer dans le second volet de cet article : Être mère, c’est développer une immense force de caractère. Savoir dire non pour mieux se dire oui. Pour moi, pour elle. Pour qu’elle ait un modèle. 

À suivre …

Je souhaite une lumineuse journée à toutes les mamans qui font de leur mieux chaque jour et beaucoup de tendresse à toutes.

Elise

 

4 réflexions sur “Être mère. Ça change quoi au juste ? Volume 1 : l’humour

  1. OH !Chère Elise tu me replonges dans les délices d’antan. La baby-sitter pour aller aux toilettes, c’est si vrai ! Et je t’assure que ça ne s’arrange pas avec le temps. Une mère est le recours, à vie.Mais quand même, j’ai reçu un SMS samedi: Je t’invite au resto demain pour la fête des mères ! Whaouh, quelle bascule ! Mais tu touches l’essentiel, être mère c’est se condamner à vie à se faire un sang d’encre, et aussi une formidable occasion de travail sur soi ! On ne s’ennuie jamais, quoi !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s