Machine de paix – Le programme

style-distinctif-conseil-en-image-paris

Chères Gentlewomen,

Hier c’était la journée internationale de la Paix, c’est ce qui m’a inspiré le titre de ce billet.

Explications. Il y quelques années, je ronronnais dans une vie agréable, déjà très entourée et l’âme aventurière, j’allais où le vent me menait. C’est justement ce qui m’ennuyait, j’étais heureuse mais j’avais envie d’être le moteur de ma vie. J’avais un besoin viscéral de changement, je sentais la fin d’un cycle et il fallait que j’incarne ce changement. Je ne savais ni par où commencer, ni vers quoi je tendais. J’allais entrer dans ce que j’appeler alors une phase « Machine de guerre ». Ou comment devenir un rouleau compresseur en 10 leçons. J’arrivais à un point de bascule intérieur, j’ai donc planifié un déménagement à Berlin trois mois plus tard et décidé de profiter de ce délai, l’été 2012, pour brûler ma vie parisienne par les deux bouts avant mon départ, foncer sans me retourner, dire oui à mes désirs et à qui je suis sans me justifier, peser le pour et le contre, m’excuser. Cet été là, j’ai rencontré le père de ma fille et une semaine avant mon départ, on m’a proposé le poste de rédactrice en chef du Bonbon (pour les non parisiennes, c’est un magazine-city guide gratuit « précurseur de tendances »)

En changeant mon état d’esprit, j’ai donné une nouvelle direction à ma vie… Pour le meilleur et pour le pire. Surtout le meilleur. 

Je ne suis pas partie vivre à Berlin et j’ai ranger ma machine de guerre au garage.

Même si ma vie actuelle est sans commune mesure, je sens le même rugissement intérieur qui réclame de grands changements. On pourrait croire que j’ai eu ma dose de changement pour 2016 mais j’ai vécu ces derniers mois en réaction. J’ai fait de mon mieux pour accueillir ce que la vie me proposait.

Aujourd’hui est le premier jour de l’automne et je me sens comme une balle de ping pong : ultra sollicitée, d’un côté, de l’autre. Je peine pas à me mettre au diapason de cette rentrée. Les arbres vont peu à peu laisser tomber leurs feuillage, la mue nécéssaire pour un nouveau printemps. Dans le doute, toujours regarder la nature et tirer les leçons. 

J’entre donc officiellement en mode « machine de paix »

Paix avec mon corps, mon esprit, ma maison (Okay cette punchline est un plagiat) et voici le programme des réjouissances. Du bilan au changement. 

  • Cet été, j’ai pris 5kg. J’avais besoin de me remplumer un peu, j’ai même acheté une balance dans ce but. Mais n’est-ce-pas stupéfiant de constater à quelle vitesse notre corps peut danser sur la courbe du poids ? Maintenant, cap sur l’énergie. BIM. Ça mérite un post. Plusieurs même. Au menu : Je suis tata yoyo – Yoga, me voilà – Poireau mon amour – Sans blé, sans lait.
  • Mon nouvel appart est parfait… En apparence! Car si on ouvre certains placards, je ne vous raconte pas. Syndrome de Diogène bonjour ! J’exagère (comme d’habitude) Je viens de très loin concernant l’harmonisation de mon bordel et pour le coup, mon nouveau nid est la plupart du temps impeccable, même si je vis avec une tornade de 80 cm. J’ai énormément de choses à dire sur ce sujet. Ce que j’aime chez lui – KonMari vs Zouzou – Un peu de chamanisme – KonMari le retour
  • Après l’organisation de mon tiroir à chaussettes, parlons de l’optimisation de mon emploi du temps. J’adore cette expression « emploi du temps » . J’ai souvent l’impression d’être une plume dans un ventilateur.  Le Bullet Journal – Une semaine sur deux – Zen-to-done – Mention spéciale : Le Miracle Morning.
  • Un été d’excès, c’est aussi un teint carton, une peau qui se venge. Le cuir chevelu, c’est de la peau en pire. Les ongles en mille-feuille et je pense que je peux faire des étincelles en frottant mes deux talons l’un contre l’autre. Le blanc des yeux plus très blancs. Un cheveu très très blanc. Les points noirs vraiment noirs. BIM. Ça mérite un post. Ou plusieurs. Au menu : mes nouveaux rituels de soin : des racines aux pointes.

Et la mode dans tout ça ? 

Je ne suis pas une modeuse d’été. Les fines bretelles, quoi faire de son soutien-gorge, ai-je des jambes à short… Tout ça m’ennuie et paradoxalement me pèse. Ça manque de col, de velours, de gants. Coton Coton Coton …Beurk. Cependant, cette année, j’ai entrevu le potentiel de cette saison avec une joie non dissimulée. Je ne sais pas si c’est lié au fait de n’avoir jamais été si mince de ma vie, d’avoir était regardé avec tant de désir qu’il n’y a plus qu’à oublier tout le reste, ou si simplement j’ai décidé qu’étant native du coeur de l’été, il était hors de question que ça reste ma morne saison stylistique.
Quelques tenues phares pas plus. Je dirai que mon été s’est joué à un combi-short, deux ou trois robes noires et un body. That’s all. And All that Jazz. Mais l’automne pointe son nez et j’ai envie de m’amuser. Et je compte bien vous embarquer dans ce train. Donc oui, évidement, nous parlerons vêtements dans ces pages, avec poésie et liberté.

À l’heure où j’écris ces lignes, j’ai vue sur ma table basse hantée par la visite délicieuse de mon ami Jérôme. style-distinctif-conseil-en-image-paris-le-gouter

C’était doux, c’était bon et ça donne du courage. L’été est terminé, vive l’automne.

Voici comment j’aborde le dernier virage avant 2017 : devenir la meilleure version de moi-même, avec patience et bienveillance. Je souhaite être prête et disponible pour ce que cette nouvelle année aura à m’offrir.

Je voudrais terminer sur ce propos de la déesse du self-empowerment Oprah Winfrey :

« 

J’avais peur à une certaine époque que les gens disent: « Pour qui se prend-elle? » Maintenant, j’ai le courage de me lever et de dire: Voici qui je suis !

« 

Je vous invite aujourd’hui à agir de telle manière que chacun de vos gestes soit une proclamation de qui vous êtes : une perle. 

Et en bonus, une photo de moi prise à cet instant. Oui je ne suis pas maquillée et j’allume ma cigarette aux « feux de l’amour ». Libre, imparfaite et heureuse.

Processed with VSCO with c1 preset

Et vous embrasse tendrement.

Elise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s